Lancement du séminaire-atelier d’information sur la reforme de l’administration publique

Les Gouverneurs, Commissaires spéciaux et Présidents des Assemblées provinciales sont depuis hier, lundi 25 janvier 2016, à Fleuve Congo Hôtel, en séminaire-atelier d’information, de formation, de vulgarisation et d’harmonisation sur la réforme de l’administration publique et ses implications dans la mise en œuvre de la décentralisation administrative. Ce forum organisé par le Ministère de la fonction publique a pour objectif de permettre aux participants d’arriver à harmoniser les vues enfin de la mise en place de l’administration publique décentralisée au niveau de nouvelles provinces. Le Professeur Pascal Isumbisho Mwapu, Ministre de la fonction publique, qui ouvrait ces assises au nom du Premier Ministre, a souligné devant la presse nationale et internationale qu’après la nomination des Commissaires spéciaux par le Chef de l’Etat, il appartenait à son Ministère de proposer une organisation de l’administration publique minima mais qui soit efficace pour permettre aux commissaires spéciaux d’avancer les nouvelles provinces vers le développement. En ce qui concerne la mise en place de l’administration dans les nouvelles provinces, le Ministre a dit son souci d’aider l’Etat congolais à dépenser moins. Sans aller par le dos de la cuillère, Pascal Isumbisho Mwapu pense que la meilleure solution est de travailler avec un effectif réduit dans les provinces démembrées. «Nous avons fait des propositions pour réduire au maximum les dépenses de l’Etat parce que l’Etat n’a pas beaucoup de moyen. Nous ne voulons pas calquer le modèle qui existe dans les provinces non démembrées, mais plutôt proposer un modèle qui soit adapté. De ce fait, nous avons retenu le modèle de guichet unique, c’est-à-dire, regroupé les services qui sont homologués en un guichet unique ou en division. C’est-à-dire, nous ne pensons qu’il faille avoir la quarantaine de divisions qui existent dans une province non démembrée dans une nouvelle province. Cela permettra à l’Etat de se lancer sur une voie qui demandera beaucoup de moyens alors que l’Etat n’en a pas », a-t-il expliqué.

Le Ministre de la Fonction Publique, Pascal Isumbisho a ouvert, hier, lundi 25 janvier 2016, un séminaire-atelier d’information, de formation, de vulgarisation et d’harmonisation avec les délégués provinciaux sur la réforme de l’administration publique et ses implications dans la mise en œuvre de la décentralisation administrative et sectorielle. Ces activités s’inscrivent dans la droite ligne des actions à mener au bénéfice de l’efficacité de l’Etat, pour cimenter les réformes institutionnelles en vue de l’efficacité de l’action de l’Etat et de la consolidation de son autorité. «Comprise comme le bras séculier de l’Etat, mieux sa colonne vertébrale, dans l’implémentation des politiques publiques de la vie nationale, l’administration publique de par sa fonction transversale est appelée à pourvoir à ses besoins d’organisation, de fonctionnement et de gestion en Ressources Humaines, techniques et financières », a dit le Patron de la Fonction Publique congolais. Pour lui, l’équation à résoudre est celle de la mise en adéquation de la stratégie révisée de la Réforme et de la Modernisation de l’administration publique qui implique l’organisation et le fonctionnement des administrations publiques provinciales ainsi que des services publics y afférents. Aussi, faut-il noter, cette problématique, mieux cette question-problème, prend en compte les besoins en personnel dans les nouvelles à mettre en parallèle avec les ressources financières correspondantes. Sur cette question, a dit le Ministre, une matière traitant des questions relatives à la réforme des finances publiques avec son corollaire, c’est-à-dire, les marchés publics fait l’objet de toute une session.

«Les questions de gouvernance et celles liées au parachèvement du cadre juridique de la décentralisation administrative et sectorielle ont été aussi prises en compte et une communication a été prévue à ce propos. D’où, le besoin de rationalisation de la stratégie de transfert des compétences et des ressources au regard des dispositions des articles 202 à 204 de la Constitution», a-t-il dit. Et de poursuivre que une autre problématique, une autre équation est celle de l’organisation des services déconcentrés et décentralisés en provinces. « En effet, comment négocier une cohabitation fonctionnelle entre les deux types de structures qui ne sont pas de même essence ? Toutefois, cette question n’est pas insoluble. Ainsi, ne voulant pas anticiper sur les débats, je laisse aux participants le soin d’apprécier à travers les communications prévues, la formule envisagée par Mon Ministère pour ajuster les administrations publiques dans les nouvelles provinces aux normes de l’efficacité, de l’efficience et de l’excellence », a-t-il argué. Il faut souligner qu’en organisant ce séminaire-atelier, le Ministère de la Fonction Publique s’attend à des recommandations utiles qui aideront le comité de Pilotage et de Modernisation de l’Administration Publique à introduire dans la stratégie révisée, des facteurs correctifs susceptibles d’aiguiller la bonne conduite de la Réforme. Plus concrètement, il s’agit de proposer des solutions pratiques aux problèmes posées par la mise en œuvre de la décentralisation administrative et l’organisation des services publics dans les nouvelles provinces, au plan notamment du recrutement, de l’adaptation des cadres organiques et du renforcement des capacités.

Dans sa conclusion, le Ministre a appelé les participants à redoubler d’efforts pour qu’à travers la qualité des recommandations, ces assises fassent date dans l’histoire de la problématique ci-haut évoquées. De ce fait, elles auront eu le mérite de baliser la voie d’une administration publique décentralisée, bien conçue et bien exécutée, aux mieux des intérêts des usagers. Il faut souligner que ce séminaire-atelier va se clôturer ce vendredi 29 janvier dans la soirée.

1 commentaire
  1. TABU 2 années ago

    Bonjour Voudriez-vous si possible apaiser les esprits sur la cohabitation des structures parallèles au sein d’un même ministère? Cas des CGPMP dont les membres sont désignés par les ministres pour les unes et les autres sont ceux qui ont pris part et réussi aux différentes épreuves organisées; Une petite question: Pourquoi organiser un recrutement pour les postes qui ont des réserves? Ce faisant, vous allons vainement nourrir les gens d’espoir et quand rien ne sera fait pour justifier leur situation de réservistes, le doute commencera à planer sur le crédit à accorder à votre propos.

    Toutefois, courage; les habitués de parapluie sont en train de revoir leur calcul

    Tabu

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS ICI

Croisement du Boulvard du palais de la Nation et du Boulvard de l'office des routes, Gombe/Kinshasa. email : info@fonctionpublique.gouv.cd

Envoi en cours...

©2017 U-Entreprise all reserve and privacy politic theme from fonction publique drc

Se connecter

Oubli de mot de passe ?