L'ENA

Ecole Nationale d'Administration
Gallerie

Guillaume BANGA WAKIMESA

Directeur Général

Qui suis-je ?

Tout savoir sur Guillaume BANGA WAKIMESA

Guillaume BANGA WAKIMESA, Directeur Général a.i de l’ENA est Economiste Fondamentaliste de l’Université de Lubumbashi. Admis sous statut en 1994 après avoir été embauché à la Direction Générale des Contributions, actuelle DGI, il quitte cette régie financière en 1999 pour le Ministère de l’Intérieur et Sécurité, Direction des Affaires Administratives et Juridiques.

Entretemps, la RDC va plonger dans une crise  humanitaire sans précédent ; ce qui va conduire Monsieur BANGA à créer une ONG de Promotion et Défense de Droits de l’Enfance, « HOPE International Asbl » (Humanitarian Organization For People Empowerment) afin de venir en aide aux enfants en situation particulièrement difficile (les Enfants malnutris : Projet de Réhabilitation Nutritionnelle  au Centre Mère et Enfants de Bumbu, en partenariat avec Action Contre la Faim (5987 enfants malnutris aigus guéris) ; les enfants Non Accompagnés Déplacés de Guerre (Enas) à Nganda Musolo : Projet de Réunification familiale des Enas dans les territoires en rébellion avec l’appui de IRC, du PAM et en partenariat avec le CICR (168 Enas réunifiés avec leurs familles) ; Les Enfants soldats Démobilisés avec le BUNADER et UNICEF (formation et réinsertion de 255 Enfants soldats démobilisés) ; Les Enfants vivant dans la rue : (Projet de Réinsertion des filles vivant dans les rues de Kinshasa), avec l’appui du PAM, UNICEF et Banque Mondiale (8234 enfants vivant dans la rue réinsérés), projet en cours dans la commune de Kalamu.

Sa réputation de Gestionnaire des Projets va l’amener auprès du Ministre de la Jeunesse et des Sports en 2005 comme Responsable du Bureau d’Etudes et des Projets.

Après son parcours élogieux au Ministère de la Jeunesse et des Sports, Monsieur BANGA réintègre son administration du Ministère de l’Intérieur où il sera nommé en 2009, Directeur par Ordonnance Présidentielle.

La nouvelle administration de la Décentralisation et Affaires Coutumières mise en place en 2010 va lui confier le poste de Directeur Chef des Services en Charge de la Coopération Décentralisée.

Ici, il sera question d’accompagner les Provinces et les ETD de la RDC dans leur Coopération avec leurs Homologues d’outre-mer ainsi que leur rechercher des appuis pour leur développement. On peut citer le jumelage entre Bukavu et la ville de Durango au Mexique ; le jumelage entre les Communes de la Ville de Kinshasa avec Celles de Belgique et de France, sans oublier la poussée de l’Action Internationale des Collectivités Territoriales de la RDC à l’étranger (Partenariat avec AIRF, AIMF, CGLU, CGLUA…).

La Création de l’Ecole Nationale d’Administration par le Gouvernement de la RDC en Avril 2013 ne laissera pas attentiste Monsieur BANGA pour apporter sa contribution à cimenter ce nouvel Etablissement Public.

Point Focal du Cafrad (Centre Africain de Formation et de Recherche en Administration de Développement) pour la RDC, Monsieur BANGA fait participer des Cadres de l’Administration Publique Congolaise aux Fora, Séminaires et Colloques Internationaux afin de porter haut le drapeau Congolais ainsi que renforcer davantage les Capacités de ces derniers.

Sa participation aux nombreux Colloques, Formations et Séminaires sur la Modernisation et Transformation des Services Publics de l’Etat au Maroc (Cafrad), en France (Sciences Pô  Grénoble,  IDHIL, ARRICOD et Jean Moulin Lyon III), va lui permettre d’arracher sur concours  transparent en Novembre 2013 le poste de Directeur Général Adjoint de l’ENA, nommé par ordonnance présidentielle en décembre 2013, poste qu’il va occuper jusqu’en Août 2014 avant de cumuler avec celui de Directeur Général ad intérim jusqu’à ce jour.

Sa rigueur, son patriotisme, son sens élevé de Considération aux « Valeurs » ont fait de lui l’Homme aux situations difficiles pour stabiliser et faire rayonner l’ENA. C’est ainsi que l’ENA RDC a eu à signer de partenariats avec l’ENA France, l’ENAP Québec, l’ENSA du Maroc, SETYM International / Canada, l’Institut EGMONT de Bruxelles, l’Ecole du Gouvernement Sud-africain, AMDIN (Réseau des Ecoles et Instituts d’Administration d’Afrique) et bientôt avec l’ENAM de Madagascar. M. BANGA a fait porter haut l’étendard de l’ENA RDC dont le recrutement repose sur l’objectivité, la transparence et la méritocratie. Son management aide l’ENA à rechercher des formateurs de pointe en RDC comme à l’étranger, que ce soit pour le programme de Formation Initiale (Formation de futurs administrateurs civils) que pour le Programme de Formation Continue (Le renforcement des capacités des cadres de l’administration publique). M. Banga compte à son actif le recrutement   rigoureux et transparent de quatre promotions de l’ENA RDC. Il prépare actuellement le recrutement de la Cinquième promotion et l’Organisation à l’ENA/Kinshasa d’un Programme de Formation en Evaluation du Développement au profit des cadres de l’Administration Publique Congolaise en partenariat avec l’ENAP Québec.

Soucieux du développement de l’ENA, Pilier majeur de la Réforme de l’Administration Publique Congolaise, M. BANGA a initié le Projet de Construction du Campus de l’ENA à Maluku sur un terrain de 8,5 ha octroyé par le Gouvernement de la République et dont les Etudes architecturales financées par la BAD ont été remises au Gouvernement RDC en janvier 2016, Gouvernement, déterminé à voir ce campus opérationnel dans moins de cinq ans.

En janvier 2018, Guillaume BANGA est élu Membre du Conseil d’Administration du FERAM (Forum d’Echanges et de Rencontres Administratifs Mondiaux) à Paris, un réseau International d’échanges sur l’efficience de la gouvernance publique.

« L’ENA vous apprend le métier de haut-fonctionnaire. Recruté par un concours sélectif, vous intégrez une première promotion de soixante jeunes pour douze mois de formation. »

Dans l’objectif de reconstruire l’Etat, de renforcer son efficacité et soutenir le processus de Décentralisation, la réforme de l’Administration Publique a été jugée prioritaire dans le programme d’action du Gouvernement (PAG). Le succès de cette stratégie de réforme passe par la consolidation des compétences des cadres dirigeants. Aujourd’hui, nombreux sont les cadres qui sont en âge de partir à la retraite, ce qui implique le rajeunissement de l’Administration Publique.
A cet effet, le renforcement des capacités des cadres dirigeants de tous les services publics est primordial. C’est dans ce contexte que l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) a vu le jour.

Rôle

Créée par décret N°13/013 du 16 avril 2013, la principale mission de l’ENA est de recruter et former les cadres supérieurs de l’Administration sur la conception, l’exécution et le suivi de toute politique publique.

Conditions d’admission

Sont autorisés à concourir à l’ENA RDC, les Congolais titulaires au minimum d’une licence et ayant au plus 28 ans (33 ans pour les fonctionnaires) au premier Janvier 2016. Le concours d’entrée prévoit une épreuve écrite de culture générale, et pour les candidat(e)s déclaré(e)s admissibles, un grand oral de 30 minutes. Au final, il ne restera que 60 candidats qui seront admis à intégrer l’ENA. Ce concours est basé sur la méritocratie. A leur entrée, les candidat(e)s sont nommé(e)s fonctionnaires-stagiaires et disposent d’une bourse d’études pendant toute la durée de la formation.
Le dépôt du dossier de candidature à l’ENA est gratuit. Aucun frais ne sera perçu par les agents commis à la réception des dossiers. Les candidatures féminines sont vivement encouragées.

Comment s’organise la scolarité à l’ENA ?

Basée à Kinshasa, la formation à l’ENA dure douze mois, dont cinq mois de stage en administration – congolaise et étrangère. Cette formation professionnelle intensive est basée sur des études de cas et des mises en situation. Les intervenants sont essentiellement des haut-fonctionnaires – congolais et étrangers. La formation est axée sur l’acquisition de techniques et de méthodes autour de trois grands modules que sont : le management, la politique publique dans les territoires et la maîtrise des grands enjeux contemporains.

Quelles sont les affectations possibles après l’ENA ?

La scolarité terminée, les élèves intègrent le corps des administrateurs civils et s’engagent à servir l’Etat pendant sept ans au moins. Quel que soit le secteur, ils sont nommés au poste à responsabilités dans la Fonction Publique – centrale et/ou provinciale (un tiers de la promotion sera affecté en province). 

Gallerie

Share This